Apolline en stage à A.I.Mergence

Apolline en stage à A.I.Mergence

Parcours d’étudiants SEAL #03

Apolline est étudiante SEAL depuis sa licence 3 (ING1), et avant de revenir pour 12 mois au labo en parallèle de sa majeure, elle termine ses 4 mois de stage à la Station F, dans la startup A.I.Mergence. Dans cette interview, elle nous parle de son parcours à l’école et de son expérience en entreprise qui mêle robotique et intelligence artificielle.

🎙️ “Bonjour Apolline, est-ce que tu peux te présenter ?”

Je m’appelle Apolline Wasik, je suis originaire du centre de la France, dans le Cher. J’ai intégré l’EPITA pour un cursus en 5 ans (donc dès la prépa intégrée) après mon Baccaluréat Scientifique à Nevers (58). Il n’a pas été facile de choisir ce que j’allais faire après le bac, j’ai vu plusieurs conseillers d’orientation…

Cependant je savais que je souhaitais m’orienter vers un métier scientifique demandant des compétences techniques.

C’est finalement EPITA que j’ai choisi, notamment pour avoir la possibilité de me spécialiser tôt dans mon cursus ingénieur. Au cours de ma deuxième année en prépa intégrée, j’ai eu la chance d’étudier un semestre à l’université de Chulalongkorn en Thaïlande, où j’ai pu améliorer mes compétences linguistiques mais aussi gagner en autonomie et en maturité.

Cela a aussi été l’occasion de découvrir un autre mode de vie et d’élargir mes horizons.

image
Koh Samui (île du sud de la Thaïlande), vue sur le parc naturel d’Ang Thong

image image
Le marché flottant de Nontharom Village et le temple du Bouddha couché What Pho

Lors de mon année d’ING1, j’ai postulé au laboratoire SEAL (Search, Explore, Analyse & Learn) de l’école. C’est une équipe de recherche spécialisée dans la robotique d’exploration, composée de deux enseignants chercheurs, Loïca Avanthey et Laurent Beaudoin, d’étudiants en fin de cursus comme Charles Villard, ainsi que d’étudiants en cours de formation.

C’était avant tout pour moi l’opportunité de découvrir les domaines de la Recherche et de la robotique d’exploration.

image image
Le Serious Game qui tient lieu de dernière épreuve du recrutement : le SEAL Haggle Robotique

La volonté d’apprendre différement par rapport au cursus classique et des discussions avec les étudiants membres des laboratoires de recherches (notamment Charles Villard) m’ont motivée à participer au processus de recrutement. L’intégration s’est très bien passée et j’ai aujourd’hui la chance de faire partie d’une équipe soudée et très motivée par les missions qui lui sont confiées.

🎙️ “Comment se sont passés tes 6 premiers mois dans l’équipe SEAL ?”

Pendant ces 6 mois, j’ai eu l’occasion de travailler sur plusieurs sujets : sur le robot terrestre Mabouya (de l’électronique jusqu’à son contrôle à distance via Ardupilot), de la détection en temps réel avec Yolov3 (You Look Only Once), de la reconstruction 3D à partir de nuages de points via Meshlab, prise en main de l’imprimante 3D pour la conception de pièces moto via OpenSCAD…

Malgré le confinement, nous étions organisés pour travailler en collaborant les uns avec les autres et nous avions régulièrement des retours des deux enseignants-chercheurs qui nous encadrent.

image image
Reconstruction et maillage en 3D pour l’impression de l’aqueduc de Castries et modification des pré-traitements de la bibliothèque Omxcam pour avoir une qualité équivalente avec les images produites via Raspicam

Le laboratoire SEAL m’a fait gagner en autonomie et en compétences. J’ai acquis de bons automatismes de travail : prendre du recul et analyser un problème, comment chercher à le résoudre, communiquer avec les autres, se remettre en questions sur l’efficacité des solutions que l’on met en place pour s’améliorer continuellement…

Cette expérience au laboratoire SEAL m’a permis de m’épanouir pleinement dans ma scolarité à l’EPITA.

🎙️ “Tu es actuellement en stage de 5 mois à mi-parcours du cycle ingénieur, peux-tu nous parler un peu de ton entreprise ?”

image Je suis actuellement en stage chez A.I.Mergence, une Startup française spécialisée dans la robotique autonome et l’intelligence artificielle, fondée en 2015 par Théophile Gonos (Docteur en intelligence artificielle) et Serge Gongora (Ingénieur en électromécanique). Elle est située dans le 13ème arrondissement de Paris à Station F.

A.I.Mergence développe un robot mobile de sécurité et de surveillance pour les entreprises, capable de protéger les espaces intérieurs contre tous types de menaces (intrusions, dégâts domestiques).

(Le robot E4 à la station F)

🎙️ “Comment as-tu trouvé ce stage ?”

Mes recherches de stages se sont principalement orientées autour de l’Intelligence Artificielle et la robotique embarquée. Il est vrai que j’avais une préférence pour les startups (afin d’avoir plus de responsabilités). C’est pour cela que j’ai directement cherché sur le site de la station F si des offres proposées par des startups me plaisaient.

🎙️ “Sur quoi porte ton sujet de stage ?”

L’objectif de ce stage est de me former à différents outils pour le Deep Learning dans le but de réaliser un outil de détection, tracking et identification d’humains en temps réel pour le robot de sécurité E4. Ce qui m’a beaucoup plu dans ce sujet c’est qu’il était à la fois orienté I.A mais aussi Recherche et Robotique, ce qui rassemble les domaines et la façon dont j’aime apprendre et travailler.

image image
Détection d’un humain à partir d’une caméra Fisheye. Proche, confidence > 0.9% et loin, confidence > 0.77%

🎙️ “Peux-tu nous partager ce que tu as le plus aimé jusqu’à maintenant ?”

J’aime énormément l’esprit startup, il y a toujours du mouvement dans l’entreprise, des nouvelles idées. L’entraide et la cohésion sont très agréables dans une petite équipe de moins de 10 personnes. Le côté challengeant de mon stage me plaît beaucoup, devoir trouver des idées pour résoudre le problème lié à une vision 360 degré Fisheye et mener à bien ce projet de bout en bout.

🎙️ “Quels sont tes challenges du moment ?”

En ce moment j’implémente le tracking sur ma solution de détection en temps réel. En même temps, je travaille en collaboration avec un doctorant en Intelligence Artificielle de A.I.Mergence, Tanguy Hardelin, pour intégrer mes précédentes réalisations dans la partie Navigation du robot dont il est en charge.

J’ai aussi la chance de souvent travailler avec un autre stagiaire en traitement d’images, Sylvain Gauthier, qui m’aide dans de nombreux domaines, notamment à compléter la Dataset de mon réseau de neurones qui comporte déjà 3000 images.

🎙️ “Qu’est-ce qui est prévu d’ici la fin de ton stage ?”

J’aimerais prendre le temps de rédiger un article scientifique en collaboration avec mes collègues sur la vision si particulière du robot E4 et comment nous avons pallié aux difficultés rencontrées pour détecter un humain. J’aimerais également m’intéresser à l’identification de personnes et continuer à améliorer mes réseaux de neurones.

image
Fonctionnalités du robot E4

🎙️ “Et pour la suite de tes études, qu’est-ce que tu envisages ?”

Grâce à ce stage, j’ai pu confirmer mes envies de spécialisation dans la majeure Image d’EPITA. Comme j’apprécie beaucoup le domaine recherche, j’envisage de plus en plus de réaliser une thèse. Je remercie mon maître de stage, Théophile Gonos, Tanguy Hardelin ainsi que Loïca Avanthey et Laurent Beaudoin pour avoir partagé avec moi leurs expériences et conseils précieux, me permettant de me projeter dans un futur projet de doctorat.


🎬 Et voilà ! On te remercie Apolline d’avoir participé à cet interview, on te souhaite une belle fin de stage et on te dit à très vite au labo 😉!

⇦ Voir le post précédent de la chronique Parcours d’étudiants SEAL : Martin en stage au LIRMM (♯02)

Author face

Les 2L

Enseignant.e.s-chercheu.r.se.s à l'EPITA en robotique d'exploration, co-responsables de l'équipe de recherche SEAL (Sense, Explore, Analyse & Learn)

Recent post